Skip to content

« The office » ou la vraie vie de bureau ! 

Publié le 2 Avr 2022
Inside Doki Doki

Vous ne connaissez peut-être pas la série (hérésie), mais vous avez forcément vu passer des mêmes sur internet !

Adaptée par Greg Daniels de la série anglaise de Ricky Gervais et Stephen Merchant, The Office est une satire de l’entreprise et de la vie de bureau. Le lieu de l’action se base à Scranton en Pennsylvanie, à 3h de New York, au sein d’une filiale de la compagnie nationale de vente de papier : Dunder Mifflin. 

Filmé comme une sorte de télé-réalité, avec des apartés face caméra, on y suit le quotidien de Michael Scott, directeur de la filiale et de sa fine équipe, des « sales » , les commerciaux quoi, jusqu’au mal-aimé DRH, en passant par la compta et l’entrepôt logistique.  

Les 201 épisodes de la série étant intégralement disponibles sur Netflix, et comme il reste une poignée d’hérétiques qui ne l’ont pas encore vue, on va essayer de ne pas trop vous spoiler ! 

1- Les liaisons dangereuses 

Certes, avec le télétravail, c’est sans doute un peu moins vrai mais avant la pandémie (rappelez-vous!), on passait environ 1/3 de notre semaine au bureau. Cette proximité est de nature à encourager les rapprochements, sans compter les afterworks et autres sorties entre collègues. Autant d’occasion de rencontrer son âme sœur ou, du moins, de la « compagnie » pour avoir moins froid l’hiver (WinkWink).

D’après une étude du cabinet de recrutement Page personnelle, 62 % des Français ont déjà eu une aventure au bureau et 38 % sont actuellement en couple avec un collègue !

Chez Dunder Mifflin, love is in the air.  Et la force de la série est de présenter toutes ces relations qui naissent au travail puis qui évoluent au fil du temps. On a tous connu deux collègues qui se croient super amis alors que tout le monde a compris qu’ils sont profondément amoureux. Parfois, le bureau, ça vire même aux liaisons dangereuses, avec infidélité et provocation en duel pour savoir qui emportera la belle blonde autoritaire de la compta !

Surveillez votre open-space, il y a sûrement des couples que vous ne soupçonnez pas !

2- Les team building 

Chez Dunder Mifflin – Sranton, toutes les occasions sont bonnes pour se rassembler. Ils ont un comité qui organise les fêtes pour chaque temps fort de la filiale et les anniversaires des employés, et que l’on se bat pour présider.

Chaque année, on a aussi les Dundies organisés par le directeur, Michael Scott, qui récompensent chacun pour un fait ou un talent particulier. Mais attention, on est dans The Office et l’on parle de  Michael Scott, c’est donc complément idiot. Par exemple, aux 8èmes Dundies Award, Ryan l’intérimaire que le directeur aime appeler son meilleur ami, reçoit le Dundie du « Hottest in the Office » quand Kévin, le comptable un peu lent, reçoit celui du « Don’t Go in There After Me ».

Ça vous rappelle pas les team building que vos managers vous organisent pour souder les équipes ? The Office force le trait jusqu’au malaise, mais c’est avec beaucoup de justesse que la série évoque toutes ces activités sociales que l’on dénigre parfois un peu, mais qu’au fond, sans se l’avouer, on aime vraiment bien.

3- Le manager (très) malaisant 

On a tous connu ce manager qui met mal à l’aise à trop vouloir être l’ami de ses collaborateurs. Ou parfois leur papa. Voire même leur maman. Bref, qui ne sait pas trop où se placer entre paternalisme, amitié et fermeté. Non ?

Michael Scott est le concentré explosif de tous ces managers à la fois toxiques et attendrissants, qui vous font des blagues hyper gênantes devant tout l’open-space. En plus de ça il a besoin d’accaparer l’attention partout, tout le temps. C’est le gosse qui va se rouler par terre pour être vu. Celui qui ne supporte pas qu’on lui dise non.

Il a particulièrement besoin d’être aimé, d’être le bon pote et d’amuser ses collaborateurs. On ne doute pas un instant qu’il les aime, qu’il veut le mieux pour eux, sauf pour Toby le RH qu’il déteste. Pour autant il est le roi de l’outrance, et blesse moralement et parfois, physiquement.

Pour conclure ….

Mais ce qui est beau dans The Office, c’est que peu importent les malaises, les liaisons qui finissent mal, les mots malheureux, voire le zèle de certains (Dwight) à lécher les fesses de la direction et dénoncer ses petits camarades, les mauvais tours … ça ne les empêche pas de tout faire pour retenir un employé qui voudrait partir, et de se soutenir les uns les autres.

The Office, c’est la vie de bureau puissance 10 000. Un concentré des situations les plus malaisantes. Un nectar de moments ubuesques. Le tout servi avec un humour corrosif et décapant.  Vous reconnaîtrez forcément l’un de vos collègues en Jim, Dwight, Andy, Pam, Stanley, Ryan, Mérédith, Kelly, Oscar, Phyllis ou encore Angela. Et peut-être, même si on ne vous le souhaite pas, votre boss en Michael Scott. Bref, vous les adorerez et les détesterez en même temps, un peu comme au bureau quoi !